Droit de retrait ou grève inopinée SNCF c’est l’usager qui paye les pots cassés

grève inopinée SNCF 17 septembre 2012

Le trafic des RER B, RER C, et RER D ainsi que des Transilien a été fortement perturbé lundi 17 septembre 2012, toute la matinée, en raison d’une grève inopinée SNCF . Tels étaient les termes de la SNCF sans préciser les raisons de cette grève inopinée SNCF un lundi à l’heure de pointe, alors que tous les franciliens doivent se rendre à leur travail.

Ce n’est que plus tard dans la journée que l’on a appris que le CHSCT Paris Nord avait déposé un droit d’alerte, qui a eu comme conséquence cet arrêt de travail des agents SNCF.

Ci-dessous on voit bien les problèmes des lignes sur tout le réseau qui passent par la banlieue nord le 17 09 2012 à 7h du matin, et avec (à droite) l’interconnexion du RER B suspendue à Gare du Nord…

trafic_transilien_sncf_interrompu_170912

Une partie des conducteurs SNCF Transilien ont donc exercé leur droit de retrait après qu’un des leurs ait été confronté à un accident de personne. Au moment de cet accident, le conducteur était dans la cabine mais ne conduisait pas. Hors les conducteurs veulent que la prise charge et le suivi psychologique, suite à un accident de personne, soit reconnu comme un accident du travail par la direction. De plus les syndicats dénoncent des suivis défaillants et des reprise de travail, alors que les conducteurs sont encore parfois en état de choc.

Alors d’accord pour que les cheminots défendent leur droits, surtout face à des situations comme celles là, mais est ce bien nécessaire de paralyser les transports de toute une région ? Doit on vraiment mettre dans l’embarras autant de personnes qui doivent se rendre au travail, dans des conditions qui sont souvent difficiles ?

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE