Focus sur les perturbations du 26 Mars 2013 au soir en gare de Paris Saint Lazare

vo2n gare-paris-saint-lazare

Le problème de voie

Sur place à 18h, je m’apprêtais à emprunter le train 851025, initialement prévu a 18h13 pour Serquigny.
Il s’agissait d’une rame de type TER2NNG.

Normalement, ce train est assuré par une rame de type VO2N, contenant 7 voitures 2eme classe de 305 places assises réparties sur 2 étages. Les TER2NNG contiennent eux 5 voitures d’environ 200 places assises 1ere et 2eme classe réparties sur 2 étages. Je vous laisse donc imaginer le taux d’occupation du train.

A quelques minutes du départ, le contrôleur titulaire du train (ASCT) fait une annonce dans le train pour prévenir d’un retard de 5, puis 10, puis 25, puis … en expliquant que suite à un capteur d’aiguille défectueux entre Bueil et Évreux notre train était retenu en gare de PSL.

Lors de l’ultime annonce de retard indéterminé, il y a eu un mouvement de foule en direction du contrôleur qui se tenait en queue de train, qui avait été rejoint par le mécanicien qui avait obtenu plus d’infos : suite à un capteur d’aiguille défectueux entre Bueil et Évreux notre train était retenu en gare de Paris Saint Lazare pour une durée indéterminée.

perturbations-sncf-gare-saint-lazare

Quelques instants plus tard, la SUGE (Équipe de Sureté Féroviaire) est arrivée. Les gens étaient exacerbés.

Quelques instants plus tard, j’ai aperçu un ASCT qui arrivait pour faire le train 851003 initialement prévu au départ à 19h13 en direction de Évreux.
Son train (qui arrivait d’Évreux sous le numéro 851006, réutilisation matérielle quotidienne), était annoncé avec un retard à l’arrivée à Paris Saint Lazare de 45mn, puis de 1h20. Il avait été bloqué a Évreux suite à l’anomalie de voie et fait le trajet entre Évreux et Bréval (35km) en IPCS (Train circulant à contre-sens car voies non doublées). L’arrivée normale du 851006 étant prévue a 18h49, le départ à 19h13 était donc forcément coulé.

Le 851025 a quitté PSL à 19h20 au lieu de 18h13. Au vue du taux d’occupation du train, j’ai préféré prendre un café avec l’ami ASCT qui allait jouer le 851003 initialement prévu a 19h13.

L’accident à personne

Vers 20h, un accident à personne à eu lieu en gare de Mantes Station, paralysant de nouveau le trafic entre PSL et la Normandie, mais cette fois ci de manière globale puisqu’aucun train ne pouvait circuler sur les groupes 5 (Trains en direction de la normandie passant par Conflans Saint Honorine) et 6 (Ceux qui passent par Poissy tels que les directs ou les trains Grandes Lignes) terminus Mantes La Jolie puisque le franchissement de la gare de Mantes Station était impossible.

Nous avons eu deux sources contradictoires pour cet accident : un mécanicien annonçait avoir entendu a la radio qu’un homme était monté sur le toit du train et avait touché la caténaire. Une autre version entendue était qu’un homme était tombée sur les voies au moment du passage d’un train Grande Ligne.

Bref, c’était reparti pour au moins 2h d’immobilisation.

Calme plat jusque 20h45 ou nous avons appris que le trafic reprenait progressivement.

Le train 851005, départ 20h13 était a quai voie 15. Tous les voyageurs avaient été invités à emprunter ce train.

A 20h58, l’agent de départ arrive en courant en queue de train voie 22, et annonce à au contrôleur un départ immédiat de son train 851003.
Il a effectué dans la foulée la demande de voie. La demande de voie, c’est avertir le poste d’aiguillage et de commandement qu’un train doit sortir de la gare sur cette voie. A ce moment, les panneaux d’affichages indiquent « Accès Interdit » pour signifier le départ.

Une annonce a retenti en gare au même moment, annonçant un départ pour Évreux voie 22… Et la, chose improbable : Il a donné l’ordre de fermeture des portes alors que la foule arrivait en courant.

L’ASCT à pris la liberté d’attendre pour faire la fermeture, mais il a immédiatement reçu un nouvel ordre de l’agent de départ qui avait déclenché le SLD.

A Paris Saint Lazare, la procédure de départ est différente de la normale : L’agent de quai ordonne la fermeture des portes, et lorsqu’il s’est assuré visuellement que toutes les portes sont correctement fermées, il déclenche en tête de quai un signal lumineux clignotant : l’autorisation de départ pour le conducteur.

TER2NNG paris-saint-lazare

Le train allait donc partir. Ne pouvant pas passer outre deux fois et risquer de blesser des usagers, l’ASCT a effectué la séquence de départ. Nous avons donc vu l’ensemble des personnes nous supplier à travers la vitre de rouvrir les portes, mais ce n’était malheureusement pas possible…

Une fois le départ effectué, avec 114 minutes de retard tout de même, nous avons pris la décision de faire un comptage : 43 !!! Il y avait 43 passagers dans la rame alors que le parvis de saint lazare ET les trains a quai étaient bondé !! Les passagers avaient volontairement été mal aiguillés sur l’ordre des trains au départ.

Par sécurité, l’ensemble des corps de métiers à la SNCF doivent disposer d’un repos quotidien minimum.
Avec tous ces retards, les temps de repos minimums tant pour l’ASCT que pour le conducteur étaient dépassés. Pourtant, tout deux ont pris sur eux pour assurer leurs trains de ce matin. Je pense important de le souligner.

LAISSER UNE RÉPONSE