TGV et Intercités SNCF : La coentreprise Newrest / Elior choisie pour restaurer les voyageurs

Après 5 ans à fournir des sandwichs aux voyageurs de TGV et Intercités SNCF, le groupe italien Cremonini tire sa révérence pour laisser la place à la coentreprise Newrest/ Elior. Avec cette co-entreprise composée de Newrest, spécialiste du catering, et Elior, qui gère la restauration dans des gares et des aires d’autoroute. Ainsi la SNCF compte offrir à ses clients un service plus varié qui répond aux envies de chaque voyageur. Des produits de marque et des aliments diététiques seront proposés à des prix très compétitifs.

TGV et Intercités SNCF : La coentreprise Newrest / Elior

La coentreprise Newrest / Elior va donc proposer de nouveaux produits des marques connues comme Paul, et Daily Monop’ entres autres mais aussi des marques moins connues telles que Boco. Les produits Boco sont issus des recettes traditionnelles revisitées par de grands chefs à partir de produits frais et conditionnées dans des bocaux micro-ondables.

Selon Olivier Sadran, co-président du groupe franco-espagnol Newrest, proposer des produits alimentaires dans les TGV et Intercité SNCF est un gros défi pour eux. A savoir que Newest approvisionne déjà les avions de restauration, toutefois l’entreprise souhaite également proposer son service à bords des trains grandes lignes en France, ainsi qu’à l’étranger.

Olivier Sadran a affirmé que le but de ce contrat est d’offrir aux passagers des TGV et Intercités SNCF une amélioration des produits, mais aussi améliorer la qualité de service pour les passagers. Selon les dires d’un représentant CFDT-restauration à la SNCF, ce service rendu coûtera à la SNCF un million d’euros de plus qu’actuellement. Cette hausse est due à l’augmentation de la montée en gamme.

Le chiffre d’affaire de la restauration ferroviaire s’élève à environ 150 millions d’euros. Le client paie 80% de son repas, alors que la SNCF en paie 20%. Lors de sa prestation, Cremonini avait à sa charge l’intégralité de la chaîne de services liée à la restauration. La SNCF lui aurait attribué une subvention pour masquer leurs pertes.

Grâce à une sa nouvelle stratégie, la SNCF va pouvoir reprendre le contrôle en achetant et vendant les produits pour son compte, par sa filiale CRM Services. Newrest-Elior aura quant à lui la responsabilité d’élaborer l’offre produits pour trois ans, plus deux renouvelables. Newrest-Elior s’occupera aussi de la gestion du personnel à bord des trains pour cinq ans, plus deux ans renouvelables. Dans cet accord, les employés de Cremonini devraient intégrer la co-entreprise.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here